Sam09232017

Last updateT3_DATE_FORMAT_LASTUPDATE

Taille police

Profil

Style du menu

Cpanel

ACCROCHAGES KARA ET KHIDMA Le Général donne sa version

ACCROCHAGES KARA ET KHIDMA Serigne​ Abdou Lahad Saye prend la défense du géneral

Message du Général KARA à propos de la statut de Faidherbe tombée la veille des 2 rakkas à Ndar

Déclaration de Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni 28/07/2017

Législatives 2017: déclaration de Mr Jérôme Diouf vice président du Pvd à la Rts

Back Vous êtes ici : Home

Articles

Miss musulmane 2013 : quand les reines de beauté troquent le bikini pour le voile

Une reine de beauté voilée, c'est une première. Une jeune étudiante nigériane de 21 ans, Obabiyi Aishah Ajibola, a été sacrée mercredi en Indonésie "Miss musulmane"

2013 par un jury composé de cent orphelins. Un pied de nez à l'élection de "Miss monde", un concours de "prostituées" selon les islamistes indonésiens.
"C'est très différent de Miss Monde, où les femmes aiment montrer leurs formes, où c'est juste une question d'attirance physique. Ici, il ne s'agit pas de vos caractéristiques physiques ou de votre beauté, mais de ce que vous avez à l'intérieur de vous, ce que vous voulez donner au monde, votre humanité, votre intelligence", a expliqué la gagnante.
 "Montrer au monde que l'islam, c'est beau"
La beauté de l'intérieur donc mais pas sans critères physiques non plus. Outre les critères "halal" comme le port du hidjab et la capacité à lire les versets du coran en arabe, le poids et la taille de chacune des candidates apparaît aussi dans la galerie de portraits du site officiel de la compétition. Souriantes et parées de voiles colorés, les 20 finalistes, arborant un maquillage plus ou moins prononcé, devaient exposer, sur le site internet de l'évènement créé par la World Muslim Foundation, les raisons pour lesquelles elles avaient décidé de porter le voile.
Grâce au hidjab, qu'elle est la seule à porter dans son département à l'université de Lagos, au Nigéria, Obabiyi Aishah Ajibola a expliqué dans son texte de présentation qu'elle a "appris à porter une attention particulière" à son "discours et ses actions". "Avec mon hidjab, je me tiens comme un ambassadeur de l'islam. J'essaie autant que possible de ne pas représenter l'islam sous un mauvais jour dans une société qui est toujours prête à fustiger un musulman ou un symbole de l'islam à la moindre occasion".
Participer à ce concours était donc une nécessité pour Obabiyi Aishah Ajibola, presque une mission, "tout simplement" pour "montrer au monde que l'islam, c'est beau".


Pour la lauréate et ses 19 camarades finalistes originaires d'Iran, de Malaisie, du Brunei, du Nigeria, du Bangladesh et d'Indonésie, pas de compétitions sportives, de concours de talents ou de séances photos en bikini sur les plages de sable blanc de Bali, contrairement à leurs homologues de "Miss monde 2013".
Toutes de hidjab vêtues, les aspirantes au titre suprême ont effectué un stage de préparation spirituelle de trois jours. Au menu, levé à 3h30 pour la première prière du matin, quelques exercices sportifs, mais surtout un entraînement intensif à la récitation du coran.
Un pèlerinage à la Mecque pour la nouvelle reine de beauté
La jeune femme n'a pas failli à la tradition de la séquence émotion des concours de beauté : à l'énoncé de son nom, elle a fondu en larmes. Mais la comparaison s'arrête là. Son diadème à peine vissé sur la tête, Obabiyi Aishah Ajibola, genoux à terre, a remercié ... Allah.


Parmi les prix remportés par l'heureuse gagnante : un pèlerinage à la Mecque, le hadj étant l'un des cinq piliers de l'islam. Obabiyi Aishah Ajibola sera accompagnée de l'un des cent orphelins qui faisaient parti du jury. Ses dauphines se consoleront en participant à des "voyages éducatifs" en Inde, en Turquie et au Brunei.
Reste que pour le plus grand pays musulman du monde, la pilule du concours de Miss monde ne passe pas. Face aux menaces des intégristes musulmans, la finale de la compétition, qui devait initialement se tenir près de Jakarta, se déroulera le 28 septembre sur l'île de Bali, majoritairement hindouiste. Et sans l'incontournable défilé en bikini...
Par ailleurs, les ambassades de Grande-Bretagne, des États-Unis et d'Australie en Indonésie ont lancé, mercredi, un avertissement évoquant une possible menace terroriste contre l'organisation à Bali de Miss Monde.

">